https://kebchi.fr/wp-content/uploads/2020/01/Modèle-publication-Facebook-4-300×251.png
Le aqîqa est un acte de piété en faveur du nouveau né ; il est accompli à la premiére heure de sa venue au monde.
Ce dernier profite grandement de cet acte , comme il profite de la prière faite en sa faveur, de sa présence dans les lieux des rites et de la sacralisation faite pour lui, etc..
En outre, la aqîqa le libére parcequ’il est assujetti à ce sacrifice.
L’imam Ahmad a dit que sans cela, il ne sera pas autorisé à intercéder en faveur de ses parents. Atâ ibn Abi Rabah a dit aussi qu’il sera privé de l’intercession de son enfant.
De même, il constitue une rançon par laquelle on rachète le nouveau-né comme Allah racheta Ismaïl par le bélier.
Il n’est pas exclu dans la Sagesse d’Allah, dans Sa Législation et Sa prédestination, que cette pratique soit une cause de sa bonne croissance, de la pérennité de sa santé et de sa longévité en le protégeant contre le mal du démon, de sorte que chaque organe de la bête constitue une rançon pour l’organe équivalent du nouveau-né.
C’est pour cette raison qu’il est conseillé de dire la même formule que celle récitée sur la bête sacrifiée le jour de l’aïd et que les deux moutons soient accomplis.
L’imam Ahmad a dit de la versiond ‘Abu Dâwud que :
 » Cela veut dire deux bêtes d’un âge mûr ou presque identiques ».
La signification du terme « tributaire »
( note de bas de page: Le prophète sallallahou ‘alaihi wa sallam a dit :  » L’enfant est tributaire de son Aqîqa ». )
Dans le hadith précédent est aussi un sujet de controverse:
D’aucuns , à l’nstar de Atâ et de l’Imam Ahmad disent que cela signifie qu’il sera privé du droit d’intercéder en faveur de ses parents.
Ceci n’est vraisemblablement pas plausible, car Allah n’a prescrit ce sacrifice qu’en vue de libérer le nouveau-né du joug de satan qui s’est collé à lui dès sa venue au monde et l’a pincé à la hanche.
Le aqîqa est ainsi conçu comme une rançon et un affranchissement de la détention de satan qui l’empêche d’oeuvrer pour l’au-delà, lieu de retour final.
C’est comme s’il était emprisonné, attendant d’être égorgé par satan avec le couteau qu’il a apprêté pour ses fidèles et ses alliés.
Il a juré devant le seigneur qu’il anéantira la descendance d’Adam , excepté un petit nombre.
Il demeure aux aguets, guettant le nouveau-né dès sa venue au monde.
A ce moment, son ennemi le devance pour l’attirer vers lui et nourrit le désir ardent de le soumettre à son joug et sa prison et d’en faire un des alliés de son parti, il y attache un prix d’honneur.
Le nouveau-né étant dans cet état [d’otage], Allah a prescrit aux parents de le libérer par ce sacrifice, sinon il restera un otage..
article disponible ici in sha’Allah : http://www.3ilmchar3i.net

22 janvier 2020 0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas affiché.

👉Commandez🐏