La grossesse en Islam

L’Islam accorde une place encore plus importante a la femme durant sa grossesse.

Dans un de nos derniers articles, nous avions enjoints les proches de la femme enceinte  , à l’entourer, l’accompagner et à la soutenir du mieux que l’on peut.

En effet, en tant que musulmans, l’Islam nous rappelle le beau mérite de venir en aide à sa sœur pour la satisfaction de notre Seigneur, afin d’obtenir miséricorde et de consolider les liens fraternels

 

Quel comportement nous préconise l’Islam envers les femmes en période de grossesse?

14. Nous avons commandé à l’homme [la bienfaisance envers] ses père et mère; sa mère l’a porté [subissant pour lui] peine sur peine : son sevrage a lieu à deux ans. » Sois reconnaissant envers Moi ainsi qu’envers tes parents. Vers Moi est la destination.

وَوَصَّيْنَا ٱلْإِنسَٰنَ بِوَٰلِدَيْهِ حَمَلَتْهُ أُمُّهُۥ وَهْنًا عَلَىٰ وَهْنٍۢ وَفِصَٰلُهُۥ فِى عَامَيْنِ أَنِ ٱشْكُرْ لِى وَلِوَٰلِدَيْكَ إِلَىَّ ٱلْمَصِيرُ

Sourate 31

Si ce verset évoque le bon traitement de l’enfant envers ses parents et plus encore sa mère, Allah évoque également la difficulté de la grossesse.

Toute femme ayant porté la vie par la Grâce d’Allah témoignerait de la fatigue que l’on endure. Pendant la grossesse, après l’accouchement, l’allaitement, veiller sur bébé…. La femme devient mère et consacre une bonne partie de son temps, de sa vie pour ses enfants et plus largement pour son foyer.

L’homme ne devrait pas manquer de compassion et de bienfaisance envers sa femme. Si elle est chargée de respecter droits et devoirs envers l’époux que préconise l’Islam et lui doit obéissance, quel meilleur foyer que celui où la complicité est installée?

Ainsi, plus largement, chaque membre de la famille peut contribuer au bonheur de la femme enceinte.

Celle-ci se délecte parfois de la plus minime des intentions: Un plat dont elle avait envie, un bouquet de fleurs, des moments d’études ensemble.

Outre le fait de rassurer la femme enceinte, il ne faut pas les oublier dans l’apprentissage: La grossesse, le stress de cette dernière et un manque d’organisation peuvent vite mener à un épuisement morale et au délaissement des assises.

Ainsi, usons de souplesse et soyons attentifs à notre communauté, où chacun est attentif aux besoins de l’autre, pour garantir bi idhni Llah, une unité.

D’après Abou Moussa Al Ach’ari (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Les croyants entre eux sont comme une construction, ils se soutiennent les uns les autres » et il a croisé ses doigts.

(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°2446 et Mouslim dans son Sahih n°2585)

Votre accouchement approche ? Chez Kebchi, nous vous accompagnons pour célébrer la Aqiqa de votre enfant !

[]