Aid El Kebir: le don ou sacrifier soi-même?

 

C’est le dilemme de beaucoup de familles: donner pour l’aïd ou sacrifier la bête ? Donner à des familles pauvres pour qu’elles puissent jouir de ce bienfait, ou ne pas s’en dispenser soi-même? De nombreux débats se créent autour de cette question. En parcourant différents articles, on remarque que ce débat est même repris par les médias français non musulmans tant il suscite intérêts et réactions.

Le but n’étant pas la réaction émotionnelle et la prise de parole dénuée de science. Nous vous conseillons avant toute chose d’étudier le sujet auprès d’un professeur. 

C’est lors de cette fête si importante que nous pouvons nous remémorer la grande dévotion de notre Prophète Ibrahim. Rappelons-nous alors de la piété de celui qui est appelé Ami intime d’Allah, un titre rempli d’honneur et d’amour.

“Qui est meilleur en religion que celui qui soumet à Allah son être, tout en se conformant à la Loi révélée et suivant la religion d’Ibrahim (Abraham), homme de droiture ? Et Allah avait pris Ibrahim (Abraham) pour ami privilégié.”

Sourate An Nisa, v. 125

Le sacrifice est une occasion de méditer sur notre foi, sur nos vies et de s’interroger sur notre confiance en Allah.

Sacrifice ou don: pourquoi cette question?

Plusieurs points peuvent expliquer la récurrence de cette question, wa Allahu A3lam:

  • Beaucoup de femmes isolées se questionnent devant la difficulté qu’elles pourraient rencontrer en effectuant le sacrifice.
  • Des familles vivent en appartements et sont donc confrontés à un manque de place.
  • Certains ne connaissent pas le rite du sacrifice et peuvent donc en négliger l’aspect.
  • D’autres encore n’aiment pas la viande de mouton et ignorent même qu’on peut sacrifier d’autres bêtes en dehors des ovins!

Nous pouvons ajouter à cela qu’à l’heure de l’industrialisation de masse, nous avons perdu la culture de l’effort. Découper sa bête, la vider… Si nos ancêtres avaient cette habitude, nous faisons face à une génération qui n’a pas toujours appris à préparer la viande.

Autre problématique: nombre de personnes se sentent gênées de sacrifier et d’amasser de la viande. Nos frères meurent de faim et ne consomment que très peu de viande.
Cela attriste beaucoup de nos frères face à ce contraste significatif entre un occident dépensier et un tiers-monde miséreux.

Extrait d’une fatwa islamweb, à la question “Un ami a préféré faire don d’une bête vivante (un mouton) à une famille pauvre plutôt que de la garder pour lui même. Obtient-il la récompense de celui qui fait un sacrifice ?” 


Une partie de la réponse donnée fut:

“Si cet homme a donné le mouton à cette famille pour la sacrifier et profiter de sa viande, c’est qu’il l’a mandatée pour égorger la bête à sa place en faisant don de sa viande. Dans ce cas c’est un sacrifice valable et celui qui l’a fait sera récompensé inchâ Allah.”

Nous rappelons qu’une fatwa est donnée dans un certain contexte et lire une fatwa sur internet ne remplace pas un apprentissage consciencieux du fiqh. Nous vous invitons à vous rapprocher de professeurs.

Kebchi vous laisse le choix cette année

Par la grâce d’Allah, Kebchi étend cette année ses services afin de répondre à la demande du plus grand nombre. Restez connectés in shaa Allah !

Luttez contre la faim en Afrique…

Offrez un mouton avec Kebchi!

Offrez aux plus démunis de la viande !

[]
×

Salam Alaykoum

Avez-vous des questions ?

×