Au moment du sacrifice de l’Aïd Al Adha, qu’est-ce que l’on dit?🔪

‎السلام عليكم و رحمة الله و بركاته 

A l’occasion de l’Aïd Al Kebir, nous sacrifions une bête selon certaines conditions, par amour et obéissance envers Allah. 

Nous allons voir au travers de différents textes ce qui a été dit par notre bien-aimé Prophète et ses compagnons pour le sacrifice in shaa Allah.

 « Au nom d’Allah, Allah est le Plus Grand. Ô Seigneur, cela est de Toi et pour Toi. » 

D’après Jabir Ibn ‘Abdillah (qu’Allah les agrée lui et son père):

J’ai assisté au ‘Id al Adha avec le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) au mousalla.

Lorsqu’il a terminé son sermon il est descendu du minbar et on lui a apporté un bélier qu’il a égorgé de sa main et il a dit:

« Bismi Allah Wa Allahou Akbar. Ceci est pour moi et pour ceux de ma communauté qui n’ont pas pratiqué la odhiya ».

(Rapporté par Tirmidhi dans ses Sounan n°1521 et authentifié par Cheikh Albani dans sa correction de Sounan Tirmidhi)

 

D’après Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a pratiqué la odhiya en sacrifiant deux béliers cornus de couleur blanche avec un petit peu de noir.

Le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a avancé l’un d’eux et a dit:

« Bismillah, ô Allah ceci vient de toi et est pour toi, ceci est pour Muhammed et les gens de sa maison ».

Puis il a avancé l’autre et a dit: « Bismillah, ô Allah ceci vient de toi et est pour toi, ceci est pour ceux qui t’ont unifié dans ma communauté ».

(Rapporté par Abou Ya’la dans son Mousnad n°3106 et authentifié par Cheikh Albani dans Irwa Al Ghalil vol 4 p 354)

 

D’après Abou Dhabyan, le compagnon ‘Abdallah Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée lui et son père) a dit:

« Que n’égorge ta odhiya qu’un musulman (*) et lorsque tu égorges dis: Bismillah! Ô Allah ceci vient de toi et est pour toi, ô Allah accepte de untel ».

(Rapporté par Al Bayhaqi dans Sounan Al Koubra n°19168 et authentifié par Cheikh Zakaria Al Bakistani dans Ma Saha Min Athar Sahaba Fil Fiqh vol 3 p 1102)

(*) C’est à dire que si tu demandes à quelqu’un d’égorger pour toi, alors demande à un musulman de le faire et ne demande pas à un juif ou un chrétien car ce sacrifice est une adoration et pas une bête tuée pour sa viande.

 

 Lorsque l’on dit que l’égorgement est pour la personne et les gens de sa maison, cela signifie que la récompense est pour eux aussi bi idhni Llah.

Compte tenu de ces textes, on dit, lorsque l’on égarge la odhiya :

Bismi Allah wa Allahou Akbar, Allahoumma Minka Wa Lak, HAdha ‘An … (*) Wa ‘An AhliBaytih, Allahoumma Taqabal Minni 

(*) c’est à dire que la personne cite son nom.

Vous pouvez retrouver ces hadith et les commentaires qui y ont été ajouté dans le dossier sur les règles de la odhiya de hadithdujour.com, qu’Allah les récompense pour leur travail.

L’imam Chawkani (mort en 1250 du calendrier hégirien) a dit: « Les ahadiths montrent qu’il est permis à l’homme de pratiquer la odhiya pour lui et pour les gens de sa famille et il les associe avec lui dans la récompense. Ceci est l’avis de la majorité des savants ».

(Neyl Al Awtar Min Asrar Mountaqa Al Akhbar p 1007)

En espérant vous avoir aidé dans votre questionnement.

Qu’Allah accepte nos œuvres et nous renforce sur Son chemin.

Suivez nos actions  sur les réseaux :